Orientation, réforme scolaire : entre urgence et prise de conscience

PARTIE 2

Ah, des regrets, des regrets, des regrets… et de l’espoir pour les générations futures !

Si les salariés français semblent se voiler légèrement la face, ils font heureusement preuve de plus de discernement pour les générations futures. C’est en tous cas les conclusions que l’on peut tirer des questions inédites de notre enquête.

  • 62% des Français estiment en effet que les étudiants devraient envisager une carrière dans le domaine des STEM (Sciences, technologie, ingénierie, mathématiques)

 

  • S’ils avaient à nouveau 18 ans, 54% d’entre eux choisiraient d’étudier les sciences, les technologies, l’ingénierie ou les mathématiques

 

  • Plus généralement 64% affirment qu’ils se tourneraient vers un domaine d’étude en lien avec le digital (un score néanmoins légèrement inférieur à la moyenne des autres pays – 72%)

 

Voilà de quoi nourrir des discussions animées au moment des choix d’orientation à la maison…

 

L’Education nationale : une prise de conscience sans doute tardive, mais une prise de conscience énergique !

Ces discussions promettent d’être d’autant plus nourries que la formation aux métiers du numérique n’est plus désormais réservée aux choix d’orientation post-bacs (étude d’ingénieurs, de statistique – pour la big data-, d’informatique, etc.) ou à certaines filières de bacs technologiques[1].

La réforme du baccalauréat constitue en effet un premier pas vers le renforcement des compétences digitales : grâce à un enseignement numérique obligatoire en classe de seconde, elle garantit à tous les lycéens une « culture numérique minimale ». La possibilité de suivre une option « numérique et sciences informatiques », renforcée par le décloisonnement des parcours traditionnels – scientifique, littéraire économique et social etc – ancrera la légitimité du digital comme voie possible d’orientation.

Par ailleurs, l’Éducation Nationale a également décidé de créer (tardivement certes) un CAPES d’informatique, dont l’ouverture est prévue à l’horizon 2020.

Vous pouvez retrouver l’intégralité du dossier ici

—-

Sources externes :

[1]En bac STMG : spécialité systèmes d’information de gestion (sig) ; en bac STI2D : spécialité systèmes d’information et numérique (sin)

communauté.

Acteurs et penseurs des mutations à l’œuvre sur le marché du travail, cette plateforme est à vous. Spécialiste des ressources humaines, économiste de l’emploi, expert des nouvelles technologies, chercheur en sciences sociales, recruteur, candidat…venez « travailler demain » avec nous !
gulp --de