« Plus on aura recours à la technologie en entreprise, plus on sera protégé de ce type de crises » 

Portrait
Gérald Karsenti
Président de SAP France et professeur affilié à HEC Paris and à l’ESCP

L’épidémie du Covid 19 plonge le monde entier dans une période troublée. Les entreprises en première ligne ont dû trouver des moyens pour maintenir au mieux l’activité. Mais comment les entreprises devront-elles se transformer ? Gérald Karsenti, Président de SAP France et professeur affilié à HEC Paris and à l’ESCP, estime que le recours à la technologie constitue un vecteur essentiel pour préparer le travail de demain et permettre aux entreprises de pérenniser leur production en toute situation.

Quelles leçons peut-on tirer d’ores et déjà de cette crise ?

Après l’éclatement de la bulle internet en 2000, la crise des subprimes en 2008 et la crise financière qui a suivi, nous sommes en train de comprendre que malgré toute la technologie à notre disposition et notre savoir, nous sommes fragiles. La première leçon à tirer de cette période devrait être une prise de conscience des entreprises qu’il est désormais indispensable de se préparer à ce type d’événements et qu’il faut acquérir une forme d’agilité et de flexibilité, accessible via la technologie notamment. Les entreprises en retard sur la technologie vont devoir investir et faire des efforts dans ce sens.

Pensez-vous dès lors que le télétravail à 100% pourrait se généraliser ?

Cette crise va forcément amener de nouvelles méthodes de travail et les salariés vont découvrir les avantages d’un temps partagé, mais il ne faut pas s’attendre à des bouleversements globaux, selon moi. Les entreprises vont toujours préférer travailler en collaboratif et en présentiel, car c’est le principe même du travail que de se retrouver ensemble.

Durant le confinement, des milliers de personnes ont dû s’approprier des outils digitaux, notamment pour communiquer avec leurs pairs. Cette période marque-t-elle le début d’une transformation profonde ?

Cette période aura permis à de nombreuses personnes peu à l’aise avec les nouvelles technologies de comprendre que les outils de communication interactifs sont assez accessibles. Ce phénomène devrait induire une curiosité, un appétit plus grand pour le numérique. Les salariés vont devoir se saisir du digital pour éviter d’être trop en décalage avec leurs pairs dans l’entreprise et le secteur d’activité où ils évoluent. La technologie est une chance fabuleuse. Plus on en mettra dans les entreprises, plus on sera protégé de ce type de crises. Le confinement aura sans doute un impact sur la révision des politiques IT dans les entreprises et sur le recours plus massif à des sujets encore trop peu développés comme les objets connectés, le machine learning ou l’intelligence artificielle.

Comment les entreprises peuvent-elles amorcer ce changement de grande ampleur ?

Pendant longtemps, on a dit que les entreprises étaient poussées vers le digital par des salariés qui avaient un niveau technologique à la maison supérieur à celui du travail. La tendance s’inverse car les entreprises vont investir massivement et le salarié qui ne suivrait pas la tendance se trouverait en décalage. Cette crise donne une raison supplémentaire de basculer vers le cloud, car on n’a jamais autant compris la nécessité d’utiliser l’informatique sur étagère que pendant cette période de confinement.

 

Avec le COVID-19, le confinement et la distanciation sociale pourraient bien transformer profondément et durablement la manière dont nous travaillons au quotidien. Afin de commencer à dessiner ce nouvel avenir du travail, le laboratoire de réflexion re.sources interroge des experts qui nous livrent leur première analyse et propose des contenus pour préparer cette « nouvelle normalité ». Consulter le dossier.

communauté.

Acteurs et penseurs des mutations à l’œuvre sur le marché du travail, cette plateforme est à vous. Spécialiste des ressources humaines, économiste de l’emploi, expert des nouvelles technologies, chercheur en sciences sociales, recruteur, candidat…venez « travailler demain » avec nous !
gulp --de