L’optimisme, ça se travaille

brooke-cagle-NoRsyXmHGpI-unsplash

Alors que le monde du travail connaît de profondes mutations, le Pôle Innovation du Groupe Randstad France a lancé les rencontres du Pôle Inno, une série d’entretiens en direct sur LinkedIn avec les experts de la transformation du travail. Pour débuter cette série, et après une année 2020 mouvementée, place à Catherine Testa, co-fondatrice du site l’optimisme.com, auteure de deux best-sellers sur l’optimisme et l’authenticité, conférencière et influenceuse.

 

Vous voulez savoir comment remettre de l’optimisme dans votre quotidien, dans votre travail et dans votre équipe ? Même si les derniers mois n’engagent pas à l’optimisme, il est possible de voir les choses du bon côté. Catherine Testa estime qu’en France, « on n’ose pas se laisser aller à l’optimisme ». La faute à notre éducation sans doute, mais aussi à la quantité d’informations anxiogènes diffusées dans les médias et aux scénarios dystopiques des séries à succès.

Là où j’ai prise, je peux me permettre l’optimisme.

Catherine Testa

« Intellectuellement, l’optimisme demande un exercice cérébral plus important que le pessimisme, confie Catherine Testa. Ce n’est pas regarder la vie avec des lunettes roses. Personne n’est optimiste tout le temps, mais on peut l’être par moments et dans certains domaines de notre vie ». Pour l’auteure et conférencière, les domaines sur lesquels on peut être optimistes sont souvent ceux sur lesquels on peut agir. « Là où j’ai prise, je peux me permettre l’optimisme », précise-t-elle.

 

« L’optimisme n’est pas naturel »

Pour y parvenir, il faut éduquer son cerveau, plus ou moins selon quel capital d’optimisme on a reçu dans notre éducation. Catherine Testa milite d’ailleurs pour que l’optimisme soit enseigné dès le plus jeune âge dans les écoles et soit utilisé à l’hôpital, tout comme la confiance en soi et en l’inconnu.

Car « l’optimisme n’est pas naturel. Notre cerveau est programmé pour voir plutôt des choses négatives face à une problématique ». Donner cette information aux personnes permet de faire évoluer leurs regards sur les différents domaines qui les touchent.

En cette année du brouillard, il faut accepter de faire un pas vers l’optimisme.

Catherine Testa

Notamment parce que le sujet de l’optimisme touche à la vulnérabilité de chacun. Oser être soi, même au travail, même avec des inconnus, n’est pas toujours simple. « En cette année 2021, année du brouillard, il faut accepter d’être vulnérable et de faire chacun un petit pas vers l’optimisme. Nous ne sommes ni des Superman ni des Wonderwoman, mais nous pouvons chacun faire quelque chose au service de nos écosystèmes ou de notre entreprise », assure l’auteure. Elle estime que dans l’action, on est plus efficace lorsqu’on voit le côté positif des choses. « L’action soutient l’optimisme ».

 

En entreprise, remettre l’humain au centre

Et c’est donc tout naturel que la question de l’optimisme soit très présente en entreprise, « lieu de co-construction par excellence », d’après Catherine Testa. Remettre l’humain au cœur de l’entreprise passe nécessairement par le fait de « réexpliquer à chacun sa pleine puissance et comment sa singularité et sa diversité sont essentielles ». La peur ne doit pas freiner l’envie d’avancer et de construire ensemble un avenir sur le long terme.

Mais là encore, pour y parvenir, il est essentiel, selon la spécialiste, de rappeler à chaque collaborateur qu’il est indispensable au bon fonctionnement de l’entreprise.

Elle s’appuie d’ailleurs sur une étude du MIT selon laquelle le QI d’un groupe est toujours plus élevé que le QI d’un membre de l’équipe.

L’entreprise, c’est l’accumulation de personnes venant d’horizons différents. C’est ce qui fait sa richesse.

Catherine Testa

« Cette vision permet de redonner confiance à certains salariés qui arrivent avec un déficit de confiance. L’entreprise, c’est l’accumulation de personnes venant d’horizons différents, avec des schémas de pensées en arborescence et c’est ce qui en fait sa richesse », poursuit-elle.

 

 

Rester optimiste dans les moments difficiles

Un constat d’autant plus vrai dans le contexte actuel. « Même dans les moments les plus durs, il est possible d’être optimiste en s’appuyant sur ses passions, en valorisant le lien avec l’autre, même l’inconnu et en acceptant qu’il y ait des éléments qu’il est impossible de maîtriser ».

Afin de garder son optimisme durant cette période troublée, il est important de s’appuyer sur quelques tips. Catherine Testa en livre quelques-uns, comme celui de valoriser l’instant présent en mettant chaque soir en avant trois faits positifs de la journée. Elle conseille aussi d’expérimenter ses propres talents pour se laisser la liberté d’être joyeux et au passage travailler sur son employabilité à long terme. La spécialiste suggère fortement de travailler le lien et la manière de se reconnecter à l’autre via des outils digitaux. L’auteure insiste enfin sur l’importance du sport, ce passage à l’action qui permet bien souvent de débloquer des situations.

Dans un carnet sur la psychologie positive développé pour l’occasion par le Pôle Innovation de Randstad, sont proposées d’autres solutions, comme commencer la journée avec une citation inspirante à partager avec son équipe, créer un espace de repos et d’échanger ou encore dédier un moment pour partager les réussites de la semaine lors d’une réunion.

« Valoriser la symétrie des attentions  constitue une piste intéressante pour les entreprises et les collaborateurs, assure Catherine Testa. Le monde de l’entreprise représente un puzzle dans lequel chaque pièce est un collaborateur. Chacun peut être créatif à sa manière et apporter sa petite contribution à la vie de l’entreprise ».

Si vous voulez découvrir les travaux de Martin Seligman, savoir ce qu’est le ratio de Losada ou encore trouver de l’inspiration pour mettre en pratique les outils de la psychologie positive, téléchargez vite le carnet du Pôle inno sur la psychologie positive.

Au sommaire :
1. Qu’est-ce que la psychologie positive ?
2. Qu’est-ce que le bonheur en psychologie positive ?
3. Quelques concepts de psychologie positive
4. Mise en pratique de la psychologie positive

Ce carnet de psychologie positive a été pensé à la façon d’un carnet de vacances, avec un ton décalé pour un sujet qui n’en est pas moins sérieux.

Vous avez des questions ? Contactez le Pôle Innovation : poleinno[@]randstad.

communauté.

Acteurs et penseurs des mutations à l’œuvre sur le marché du travail, cette plateforme est à vous. Spécialiste des ressources humaines, économiste de l’emploi, expert des nouvelles technologies, chercheur en sciences sociales, recruteur, candidat…venez « travailler demain » avec nous !