« La crise actuelle va engendrer cette bascule vers une proximité multifactorielle »

Portrait
Frédéric Petitbon
Associé PWC People et Organisation

L’épidémie du Covid 19 plonge le monde entier dans une période troublée. Les entreprises en première ligne ont dû trouver des moyens pour maintenir au mieux l’activité. Mais à quoi ressemblera le travail de demain ? Frédéric Petitbon, associé PWC People et Organisation, s’attend à de grands bouleversements. Un nouveau monde s’ouvre, selon lui, au cœur duquel les entreprises auront un rôle important à jouer pour conserver des relations de proximité entre salariés, managers et directions.

Qu’est-ce que le confinement va le plus transformer dans les entreprises ?

Si jusqu’ici le lien de proximité en entreprise était surtout physique, dans le futur, il se traduira d’autres manières et sera multifactoriel : par exemple, on trouvera plus de valeur de proximité à une réponse immédiate à ses questions personnelles, même si cette réponse se fait à distance, qu’à un échange physique avec un manager « de proximité » qui n’est pas à même de répondre. La crise actuelle va engendrer cette bascule et on ne reviendra pas à la proximité physique solution à tous les problèmes.

Le monde de demain sera fondé sur des configurations de travail multiples, le présentiel n’étant plus qu’une modalité parmi d’autres.

Quid des interactions entre les collaborateurs alors ?

Les interactions seront plus efficaces, comme c’est le cas pendant cette période. Les réunions par exemple commencent et terminent à l’heure, leur durée est plus courte, elles sont mieux préparées. Au retour en entreprise, l’impact sera réel : on ne supportera plus les réunions interminables et mal préparées. On misera sur l’efficacité, ce qui demande un niveau d’exigence et un travail en amont importants. L’inconnu reste la gestion des relations interpersonnelles. Comment retrouver à distance la richesse de la relation physique ? Ce sera le vrai défi des managers, qui pendant cette période tentent de créer des moments de convivialité via des Skype Café, des apéros interactifs.

Comment l’entreprise peut-elle accompagner les managers dans cette transformation ?

Le management des entreprises est encore diversement préparé à ce changement profond. De nombreux managers ne sont pas encore prêts à ne pas avoir leurs salariés à portée de main. Mais demain, il leur faudra être plus explicite sur leurs attentes, leurs commandes pour passer le cap.

Le confinement a obligé de nombreux salariés à apprendre la manipulation d’outils digitaux sans formation. Ce phénomène aura-t-il, selon vous, un impact de longue durée sur la formation ?

Avec le confinement, bon nombre de collaborateurs ont appris seul à manier des outils interactifs de visioconférence par exemple. Cela montre que les entreprises apprennent à toute vitesse, font bouger leurs méthodes de travail sans forcément recourir à la formation. Celle-ci ne devient qu’une ressource parmi d’autres pour apprendre, à côté du conseil donné par le collègue, de l’imitation, du « test and learn »…

De même, avec le télétravail, les salariés collaborent à distance. A l’avenir, le télétravail pourrait-il se généraliser, avec pour conséquence la disparition des bureaux physiques ?

Au quoi ressembleront les bureaux demain ? On ne voudra peut-être plus d’open space dans lesquels la distanciation sociale est difficile à faire respecter… mais on ne voudra pas non plus ne se voir que par visio-conférence ! Il n’y aura pas qu’un seul modèle…

Si le télétravail se généralise, des collaborateurs pourraient demander davantage de jours à distance. Cela pourrait-il avoir un impact sur la décentralisation du travail de Paris vers la province ?

La décentralisation de Paris est un sujet récurrent depuis 40 ans, et on a annoncé à de multiples reprises que le télétravail était pour demain, sans que ça se traduise dans les faits. Le choc est d’une telle violence cette fois-ci avec le confinement que les choses vont probablement bouger, avec des collaborateurs qui demanderont du télétravail et qui quitteront la capitale. A fortiori, si le confinement dure encore un mois. Car dans un mois, certains auront quasiment oublié à quoi ressemblait la vie au bureau !

 

Avec le COVID-19, le confinement et la distanciation sociale pourraient bien transformer profondément et durablement la manière dont nous travaillons au quotidien. Afin de commencer à dessiner ce nouvel avenir du travail, le laboratoire de réflexion re.sources interroge des experts qui nous livrent leur première analyse et propose des contenus pour préparer cette « nouvelle normalité ». Consulter le dossier.

 

communauté.

Acteurs et penseurs des mutations à l’œuvre sur le marché du travail, cette plateforme est à vous. Spécialiste des ressources humaines, économiste de l’emploi, expert des nouvelles technologies, chercheur en sciences sociales, recruteur, candidat…venez « travailler demain » avec nous !
gulp --de