Qu’est ce qui nous motive au travail ?

citation motivation

En pleine crise Covid, dans un environnement économique incertain et avec un recours massif au télétravail, conserver la motivation de ses équipes représente un enjeu de taille pour les managers. Dans ce contexte, plus que jamais, DRH et managers rivalisent d’ingéniosité pour remobiliser les équipes.

Dans sa tribune à lire dans les Echos, le chercheur en management Serge Perrot rappelle que « l’engagement repose sur trois ressorts : son intérêt propre, le sentiment d’obligation morale, mais aussi – et on y prête souvent trop peu attention – les liens affectifs développés avec son entreprise, ses collègues, ses supérieurs hiérarchiques, ses clients… » Or ce sont précisément ces liens affectifs qui sont mis à mal lorsqu’on travaille seul depuis son petit appartement, loin de son entreprise et de ses collègues.

Contrairement aux idées reçues, la crise n’a pas eu raison de la motivation  des salariés. D’après Cegos dans son baromètre Climat social publié le 17 novembre 2020, 60% des collaborateurs estiment que la crise sanitaire n’a pas eu d’impact sur leur motivation professionnelle. Le niveau déclaré d’investissement et d’implication dans le travail au quotidien est fort, tant chez les salariés (qui l’évaluent à 7,3/10), que chez les managers (8/10). Et 67% des collaborateurs voient toujours dans leur travail une source d’épanouissement personnel avant d’y voir une contrainte. Alors, comment les organisations s’y prennent pour maintenir la motivation de leurs collaborateurs ?

Rappeler le sens du travail

Chez AramisAuto, « la période Covid a entraîné un engagement plus fort des collaborateurs avec encore plus d’adhésion à notre entreprise » selon sa DRH, Brigitte Schifano. Du côté d’Eurécia, logiciel de Gestion RH, même son de cloche pour Yaël Tenreiro, Responsable Assistance Client, qui constate que ses équipes sont restées motivées et soudées malgré la distance induite par le télétravail.

Selon elle, ces résultats sur la motivation viennent directement de mesures mises en place depuis plusieurs années et renforcées à l’occasion de la crise sanitaire actuelle. « Nous avons accentué le fait de ramener toujours nos salariés au sens qu’on donne à nos métiers et à l’objectif final de l’entreprise, assure-t-elle. Rappeler à chaque collaborateur l’esprit de l’entreprise et que les tâches qu’il effectue ont leur importance dans le cadre d’un projet d’équipe est essentiel dans les périodes comme celles que nous traversons. C’est souvent l’occasion de rebondir sur de petites victoires et de donner envie aux collaborateurs de continuer à donner le meilleur d’eux-mêmes ».

Redonner du sens aux activités professionnelles, c’est un enjeu particulièrement important à l’heure où un Français sur quatre a le sentiment d’occuper un bullshit job.

Renforcer le collectif

Malgré le travail à distance, les entreprises veillent encore plus qu’avant la crise à entretenir un lien fort entre les collaborateurs et les équipes. « Pour renforcer le collectif à distance, nous avons intensifié la communication et nous misons aussi sur des moments informels, avec des outils virtuels, souligne Brigitte Schifano. Nous réfléchissons par exemple à recréer une cafétéria comme au bureau, ou à des challenges sportifs à effectuer à la maison ».

Instaurer des rituels d’échanges avec son équipe, profiter des réunions de travail pour que les collaborateurs échangent entre eux ou déléguer des missions à des collaborateurs pour leur permettre d’être valorisés dans une période où l’éloignement physique est fort font partie des principales pistes privilégiées par les entreprises. Si bien que les collaborateurs semblent en tirer du positif, selon le baromètre Cegos. 82 % des collaborateurs (80 % des salariés, 88 % des managers) se disent globalement satisfaits de la façon dont leur entreprise a géré la première vague de la crise sanitaire.

« Rembarquer tout le monde »

Malgré tout, la motivation change de visage, constate Virginie McPake, DRH de l’agence Rumeur Publique. « Avec cette période de crise sanitaire et les deux confinements, les collaborateurs ont pu exploiter leur temps pour réfléchir à leurs projets de vie et certains remettent en question leur métier ou leur carrière ». Une situation qui devient complexe pour les DRH qui ne peuvent bien sûr pas intervenir sur des choix personnels.

Virginie McPake, elle, mise sur le collectif. « Parfois, il nous retient dans une entreprise, assure-t-elle. Ma mission est de savoir si ces interrogations et ces envies de changement de vie sont passagers et si en tant que DRH je suis en capacité de redonner une dynamique collective et de rembarquer tout le monde ».

Limiter les incompréhensions

Chez AramisAuto, on s’appuie avant tout sur l’outil de mesure de l’expérience collaborateur lancé en 2017 pour sonder les salariés sur leur motivation et son sens. « Durant la période actuelle, nous affinons les questions pour savoir s’ils comprennent toujours la vision de l’entreprise, s’ils se sentent en sécurité dans leur travail », souligne Brigitte Schifano.

Et Yaël Tenreiro d’Eurécia veille, elle, au bien-être de ses équipes à travers de petites choses du quotidien. « La mise à distance via le télétravail peut occasionner de l’incompréhension par moments, par exemple avec un mail mal interprété, précise-t-elle. C’est là encore en tant que manager qu’il faut être vigilant pour ne pas effriter la motivation juste pour un malentendu ».

communauté.

Acteurs et penseurs des mutations à l’œuvre sur le marché du travail, cette plateforme est à vous. Spécialiste des ressources humaines, économiste de l’emploi, expert des nouvelles technologies, chercheur en sciences sociales, recruteur, candidat…venez « travailler demain » avec nous !