Revue de presse

Revue de presse internationale - mars 2017

Image
Image
Au Royaume-Uni, le chômage diminue. Tout comme le pouvoir d’achat des Britanniques.
Le taux de chômage au Royaume-Uni est descendu à 4,7 %, à fin janvier 2017, pour atteindre son seuil le plus bas depuis août 1975 (4,6 %), selon les données de l'Office national des statistiques britannique (ONS). L’ONS souligne également que le taux d'emploi du pays reste inchangé à 74,6 %, un record depuis 1971. Une performance à nuancer car, malgré le faible taux de chômage en janvier 2017, les travailleurs britanniques ont subi une chute de leur pouvoir d’achat pour la première fois en plus de deux ans, selon le Bureau des statistiques nationales. Le salaire total des Britanniques a en effet augmenté de 1,7 % par rapport à janvier 2016, ce qui représente une hausse plus faible que le taux d'inflation global, qui est lui de 1,8 %. Cette conjoncture souligne la nouvelle pression exercée sur le niveau de vie des ménages du Royaume-Uni.
Image
Canada : le taux de chômage recule à 6,6 %
Au Canada, le taux de chômage a reculé à 6,6 % en février dernier, soit son niveau le plus bas depuis plus de deux ans. Les créations d'emplois ont été plus vigoureuses que ce qui avait été anticipé. Statistique Canada a en effet indiqué, début mars, qu’il s'était créé 15 300 emplois en février dans le pays, une performance supérieure aux attentes des analystes. La plupart des gains réalisés en février l'ont été du côté des emplois à temps plein. L'agence fédérale a effectivement calculé que 105 000 personnes avaient pourvu un poste à temps plein, pendant que 90 000 autres ont perdu un emploi à temps partiel. Finalement, sur 12 mois, par rapport à février 2016, quelque 288 000 emplois ont été créés au Canada. Ces données confirment que l'économie canadienne, qui a éprouvé des difficultés en raison de la baisse des cours du pétrole, est sur la pente ascendante.
Image
États-Unis : les bons chiffres de l'emploi confortent la Fed
L’économie américaine a enregistré 235 000 créations de postes en février 2017, selon les statistiques du Département du Travail publiées début mars. Des créations de postes qui dépassent les anticipations des économistes et qui ont également stimulé les salaires : en février 2017, les salaires horaires moyens ont augmenté de 2,8 % par rapport à l'année précédente. Cette accélération de l'embauche a conforté les membres du comité monétaire de la Fed dans leur projet visant à relever le taux directeur de la banque centrale. La publication des données sur le chômage de février était en effet considérée comme l'obstacle final avant la réunion de la Réserve fédérale du 14 au 15 mars, au cours de laquelle la banque centrale devait annoncer une augmentation de son taux directeur de 0,25 %. La probabilité d'une augmentation du taux d’intérêt en mars a augmenté de plus de 90 % suite à la publication de ces données sur l’emploi, contre seulement 25 % début février.
Image
L'Espagne titularise massivement les intérimaires de la fonction publique
Le gouvernement espagnol a annoncé fin mars une nouvelle historique sur le front de l’emploi : la titularisation massive de 250.000 intérimaires dans la fonction publique, le tout en l’espace de trois ans. Des intérimaires qui représentent parfois 40 % des effectifs de certains secteurs comme l’éducation : les universités comptent, par exemple, jusqu'à 40 % de professeurs par intérim, selon le principal syndicat de fonctionnaires CSIF. L'objectif est de réduire de 90 % le nombre d'intérimaires dans la fonction publique, en particulier dans les secteurs "essentiels" comme l'éducation, la santé, la justice, les services sociaux et la police locale, a précisé le ministère du Budget. Environ 130.000 intérimaires de la santé se verront par exemple proposer un CDI. En outre, cette offre massive d’emploi ne sera pas une augmentation spectaculaire des effectifs du gouvernement, mais vise plutôt à faire évoluer le statut temporaire des intérimaires vers un statut de permanent.
Inscrivez-vous à la Newsletter