Revue de presse

Revue de presse internationale - février 2017

Image
Image
US : le codage en passe devenir la prochaine grande catégorie de cols bleus
Si le profil type du codeur s’apparente, pour beaucoup, aux développeurs de génie que les entreprises de la Silicon Valley s’arrachent à prix d’or, ce profil n’est pas exactement le plus représentatif aux Etats-Unis. La Silicon Valley n’emploie en effet que 8 % des codeurs du pays, la grande majorité étant, en réalité, des programmeurs qui travaillent sur la sécurité des logiciels et qui bénéficient d’emplois stables, gratifiants, bien rémunérés, et intellectuellement stimulants. Ces experts du système binaire, que les entreprises recrutent en masse, sont-ils donc les cols bleus de demain ? Le codage est en effet l’un des métiers qui connaît l’une des plus fortes croissances Outre-Atlantique : le salaire annuel moyen pour les emplois IT avoisine les 81 000 $ (75 000 €), soit deux fois plus que le salaire national moyen, et le secteur du codage devrait progresser de 12 % d’ici à 2024. Soit une croissance plus rapide que la plupart des autres professions. Dans ce contexte, nombreux sont les salariés qui tentent de saisir cette opportunité, en se reconvertissant notamment. C’est le cas en particulier dans les états les plus touchés par la désindustrialisation.
Image
Kurier : L’Autriche souhaite faciliter l'embauche de salariés qui sont déjà installés dans le pays
Plus jeunes, mieux formés et surtout moins regardants sur leurs conditions de travail, les citoyens des pays dits « de l’Est » remplacent progressivement les employés traditionnels. Ce constat officiel est à l’origine du plan de soutien à l’emploi présenté mi-février par la coalition centriste actuellement au pouvoir en Autriche. Cette disposition d’un genre nouveau, que le gouvernement souhaite appliquer dès juillet prochain, prévoit de faciliter l’embauche de salariés installés durablement dans le pays. L’objectif ? Limiter le recrutement des travailleurs détachés en provenance d’autres pays de l’Union européenne, notamment les pays de l’Est de l'Europe, devenus un symbole du dumping salarial. La mesure prévoit de diviser par deux les charges des entreprises sur les salaires, à une condition : que les candidats embauchés soient diplômés d’une école autrichienne, porteurs d'une carte de résident, au chômage ou déjà employés en Autriche au cours des douze derniers mois.
Image
Cinco dias : L’Espagne veut changer de fuseau horaire pour mieux organiser la journée de travail.
Le gouvernement espagnol songe à changer de fuseau horaire pour s'aligner sur Londres ou Lisbonne. Une mesure a priori plus avantageuse pour les travailleurs. Ce projet vise à mieux i concilier vie privée et vie professionnelle, afin que la journée de travail se termine autour de 18h00, contre 19h00 pour un salarié sur trois et même 21h00 dans un cas sur dix. Le secrétaire d'Etat à l'Emploi, Juan Pablo Riesgo, a annoncé, à la mi-février, que son ministère allait ouvrir "dans les prochaines semaines" un dialogue avec les partenaires sociaux pour discuter de cette mesure, insistant sur le fait que le gouvernement ne prendra pas la décision de changer le fuseau horaire "sans bien analyser les avantages et les inconvénients".
Image
Bureau of Labor statistics : La santé, secteur créateur d’emplois aux Etats-Unis
Le secteur du numérique est souvent vanté pour son potentiel de création massive d’emplois. Mais en réalité, la plupart des emplois continuent à se créer essentiellement dans des secteurs dits traditionnels. Selon les dernières prévisions du Bureau of Labor Statistics (établissement du gouvernement américain dans le domaine de l'économie du travail et des statistiques), pour la période de 2014 à 2024, le secteur le plus dynamique sera celui de la santé, qui devrait concentrer la majorité des nouveaux emplois aux États-Unis. Plus globalement, à l’horizon 2024, les secteurs des services seraient à l’origine de la création de 94,6 % des les nouveaux emplois.
Inscrivez-vous à la Newsletter