Des learning expedition pour accélérer le changement

hiker-1607078_1920v2

« Le vrai voyage, ce n’est pas de chercher de nouveaux paysages, mais un nouveau regard ». Dans le domaine de l’entreprise, la citation de Marcel Proust prend tout son sens,  à travers l’organisation de learning expedition, destinées à faire découvrir les bonnes pratiques d’autres structures et à accélérer la transformation de chaque entité. 

Début avril, la quasi-totalité du comité exécutif d’Engie s’est retrouvé au fin fond de la Zambie. Au même moment, la BPI emmène avec elle une quarantaine d’entrepreneurs français en Allemagne. Au programme : une immersion complète au sein des réalités d’autres pays et d’autres pratiques.

Ce type de dispositif appelé learning expedition (LEX) appartient aux nouvelles méthodologies d’accompagnement du changement et a pour objectif de faire découvrir aux participants d’autres cultures d’entreprises et de nouvelles approches de afin de gagner en efficacité et en pertinence dans leurs démarches d’innovation. Chaque LEX est organisée autour d’une thématique précise : nouvelles méthodes de travail, découverte des réalités économiques et sociales d’un pays, perception des différences culturelles…

A chaque fois, c’est un vrai choc d’émotions, je vois des étoiles dans les yeux des participants. Ils s’autorisent à penser autrement, à modifier leur posture managériale et à s’ouvrir à de nouvelles manières de travailler

Les LEX sont des accélérateurs de prise de conscience de l’importance de la transformation de l’entreprise. « A chaque fois, c’est un vrai choc d’émotions, je vois des étoiles dans les yeux des participants, assure Maureen Halbeher, responsable innovation chez Randstad. Ils s’autorisent à penser autrement, à modifier leur posture managériale et à s’ouvrir à de nouvelles manières de travailler ».

« Outre l’objectif de l’acculturation, notre volonté était surtout de faire sortir les collaborateurs de nos bureaux, complète Anne-Sophie Godon-Rensonnet, Directrice Innovation chez Malakoff Mederic. En prenant l’air et en s’inspirant auprès de ceux qui ont déjà largement innové, nous gagnons du temps dans notre transformation ».

Une atmosphère propice à la découverte

Sur une durée allant d’une demi-journée à plusieurs jours de suite, les participants visitent des sites d’innovation, échangent avec des experts du digital et de la transformation et peuvent même être challengés via des défis de design thinking. L’alternance de phases de rencontre, d’observation, de discussion puis de réflexion permet d’impulser une démarche d’innovation plus forte ensuite. Parmi les sujets évoqués lors de la LEX organisée par Randstad sur les nouvelles méthodes de travail, on retrouve notamment des sujets comme la réalité virtuelle, l’agilité, le makestorming, la facilitation…

Le groupe Allianz, lui, expérimente les learning expedition depuis 2018 avec pour ambition initiale « d’immerger les collaborateurs dans une atmosphère propice à la découverte, afin de s’inspirer d’autres modèles, d’autres logiques et d’autres façons de faire en allant observer des entreprises qui partagent des enjeux de transformation similaires et de se connecter avec les défis et besoins de ses clients ». Le tout pour accélérer la transformation des réseaux de Distribution d’Allianz France.

Le potentiel d’innovation de la France

Les entreprises font le choix de s’inspirer de modèles hexagonaux ou de partir à l’étranger. Tout dépend de la thématique de la LEX.  Pour Emilie Netter, Directrice communication distribution chez Allianz, « la France et l’Ile-de-France notamment comportent de hauts lieux d’innovation et d’incubation, nous avons estimé que c’était le lieu parfait pour notre première learning expedition. ». En 2018, 300 managers du groupe ont ainsi été accueillis par 12 grandes entreprises clientes d’Allianz France, dans des lieux d’innovation (incubateurs, innovation labs, flagship…) situés en Ile-de-France. Au-delà, une LEX à Barcelone est également en réflexion. Chez Malakoff Mederic, des LEX à l’étranger sont parfois réalisées, « mais plus rarement et seulement quand cela se justifie », explique Anne-Sophie Godon-Rensonnet.

A l’issue de chaque LEX, des retours d’expérience précis sont organisés sur les possibilités de changement en interne. Et l’effet boule de neige fonctionne souvent bien. Les participants demandent rapidement après leur propre expérience la mise en place de tel ou tel dispositif pour leurs propres équipes.

S’il est difficile de mesurer l’évolution concrète du changement, le dispositif a créé des réflexes importants sur l’importance de la transformation (digitale, managériale, culturelle…) et cela a rassuré ceux qui étaient réticents. C’est avant tout un vrai signal d’ouverture et de collaboration. « Les learning expedition ont entraîné une réelle prise de conscience de la part des managers et ils ont réalisé l’importance de développer l’intelligence collective pour aborder différemment les sujets d’innovation », assure Emilie Netter.

Une expérience pérenne

Plus qu’une tendance, tous les experts et organisateurs de LEX s’accordent pour dire que ce dispositif est voué à être pérennisé dans les entreprises. Face aux perpétuels changements et à la complexité du monde de l’entreprise aujourd’hui, il est essentiel de savoir s’adapter et de modifier ses comportements via des codes agiles (droit à l’erreur, expérimentation…)

« Aujourd’hui, nous organisons nos événements différemment. Les collaborateurs ne veulent plus du classique mais quelque chose de collaboratif et d’innovant. Nous nous inspirons maintenant du concept des learning expedition dans l’organisation de tous nos événements », complète Emilie Netter.

« Les LEX perdureront car il y a toujours des structures avec un temps d’avance ou à l’inverse qui ont échoué, et l’on apprend beaucoup de l’échec aussi, conclut Maureen Halbeher. La logique reste toujours la même : gagner du temps dans sa propre transformation et voir les choses autrement ».

Chez Malakoff Mederic, les LEX ont donné l’idée d’accueillir dans leurs locaux plus souvent des start-ups pour continuer sans cesse d’échanger autour de l’innovation et d’apprendre des uns et des autres.

communauté.

Acteurs et penseurs des mutations à l’œuvre sur le marché du travail, cette plateforme est à vous. Spécialiste des ressources humaines, économiste de l’emploi, expert des nouvelles technologies, chercheur en sciences sociales, recruteur, candidat…venez « travailler demain » avec nous !
gulp --de